• Dansk
  • NL
  • EN
  • FI
  • FR
  • DE
  • EL
  • IT
  • NO
  • PL
  • PT
  • RO
  • SL
  • ES
  • SV

Les poursuites investisseur-État sont une vraie mine d'or

Le rapport Poursuites investisseur - État: une vraie mine d'or! énonce l'histoire d'une région roumaine et de son combat contre l'exploitation d'une mine aux conséquences potentiellement désastreuses. Malgré l’opposition publique et certaines victoires juridiques, la multinationale canadienne Gabriel Resources est en procédure contre la Roumanie dans un tribunal d'arbitrage privé chargé de régler les différents entre investisseurs et États. Gabriel Resources demande 4,4 milliards de dollars, soit l'équivalent de la moitié du budget national consacré à la santé, pour la perte de ses profits estimés.

La multinationale minière canadienne Gabriel Resources a décidé d’avoir recours à une plainte investisseur-État pour faire accepter sa mine d’or et d’argent, non seulement toxique mais illégale, dans le village historique roumain de Roşia Montană. Le projet s’est heurté à une forte résistance de la part des populations locales, et a été suspendu après que les tribunaux roumains aient découvert que Gabriel Resources avait obtenu illégalement plusieurs permis requis pour exploiter la mine. D’autres permis n’ont même jamais été délivrés, parce que l’entreprise n’a pas soumis toutes les données nécessaires. Gabriel Resources utilise désormais une porte de sortie “légale” et porte plainte contre la Roumanie auprès d’un tribunal international pour les investissements, demandant jusqu’à plusieurs millions, de l’argent venant directement des contribuables, en compensation du défaut présumé de délivrance de permis de la part de l’État roumain. Cette plainte laisse entrevoir le nombre effrayant de plaintes qui pourraient frapper l’UE et ses états membres si des accords commerciaux comme l’accord UE-Canada, le CETA, entraient en vigueur.

Attached files: 

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.

Get our monthly newsletter

Follow us on social media

CETA has now been provisionally applied. Our new mobile and desktop game Dodgy Deals lets players face some of the dangerous features of trade deals like CETA and shows what is at stake.

91 per cent of meetings held by UK trade ministers (10/2016 - 06/2017) and 70 per cent of meetings held by UK Brexit ministers have been with business, too often big business, interests. This corporate bias in ministerial access is part of an ongoing trend.

Brexit could become a cash cow for law firms that make millions when corporations sue nation states via trade and investment agreements. They're paving the way for Brexit-related corporate claims against the UK & touting the UK as a gateway for future investor claims against EU member states.

The European Commission is negotiating trade deals and it is currently finalising a deal with Japan, the Japan-European Union Free Trade Agreement or JEFTA.
Regulatory cooperation in JEFTA has the potential to be detrimental to our democracy, giving big business more rights to be involved in lawmaking at an early
stage.