Corporate Europe Observatory

Exposing the power of corporate lobbying in the EU

  • Dansk
  • NL
  • EN
  • FI
  • FR
  • DE
  • EL
  • IT
  • NO
  • PL
  • PT
  • RO
  • SL
  • ES
  • SV

L’accord commercial entre l’UE et le Canada menace les interdictions de la fracturation hydraulique

Le Corporate Europe Observatory, le Conseil des Canadiens et le Transnational Institute

Amsterdam/Bruxelles/Ottawa, le 6 mai – L’Accord Économique et Commercial Global (AECG) en cours de négociations entre l’Union Européenne (UE) et le Canada accorderait aux compagnies énergétiques des possibilités étendues pour venir défier les régulations et interdictions de développement du gaz de schiste (par la fracturation hydraulique, dommageable pour l’environnement) démontre un nouveau rapport du Corporate Europe Observatory, Conseil des Canadiens et Transnational Institute.

Tandis que les négociateurs canadiens visitent Bruxelles cette semaine afin d’accélérer la conclusion des négociations de l’AECG, « Le droit de dire non » met en garde contre les clauses de protections des investissements proposées dans l’accord, qui viendrait mettre en péril la capacité des gouvernements à réglementer ou interdire la fracturation hydraulique.

Actuellement, les États membres de l’UE étudient les risques environnementaux et de santé publique liés à cette technologie nouvellement populaire pour extraire les gaz ou le pétrole naturel difficile d’accès. Alors quela majorité despays concernésavec des dotationsen gaz de schisteprennentdes positionscontre la fracturation hydraulique1, les puissantes compagnies pétrolières et gazièresrepoussentces régulations.

« L’AECGpermettra aux grandes compagnies gazières et pétrolières de contester les régulations et interdictions de fracturation hydrauliques en Europe à la dérobée. Elles auraient juste besoin d’une filiale ou d’un bureau au Canada2», a averti Timothé Feodoroff, du Transnational Institute.

En vertu de l'Accord de Libre-Échange Nord-Américain (ALENA), il existe déjà un précédent de contestation judiciaire des régulations et interdictions de la fracturation, qui vient comme un aperçu de ce qui pourrait potentiellement attendre l’Europe. La firme américaine Lone Pine Resources Inc. défie le moratoire sur la fracturation hydraulique émis par la province canadienne de Québec et poursuit le gouvernement canadien pour des compensations.

« Le cas de Lone Pine montre que les gouvernements sont très sujets à des conflits investisseurs-États contre le principe de précaution dans le cadre de projets énergétiques controversés » a déclaré Stuart Trew, qui mène les campagnes sur les questions commerciales chez le Conseil des Canadiens. « Le système de règlement des différends d’investisseurs à États dans le projet de l'AECG créerait des risques inutiles pour les communautés européennes pesant les avantages et les inconvénients de la fracturation hydraulique ».

Les Etats membres de l’UE ontdéjà une expériencede différends d’investisseurs à États qui compromettent les énergies renouvelableset les politiques deprotection de l'environnement. L'Allemagne estactuellementpoursuivie en justice parla firmeVattenfallen raison dela sortie dupaysdu nucléaire.Vattenfallexige 3,7 milliardsen compensation de perte de profits.

« Les membres du Parlement Européen devrait mettre l’intérêt public avant celui des investisseurs, et s’opposer au mécanisme de règlement de litige entre les investisseurs et l’État dans l’AECG. Ce dernier ouvrirait la voie à des millions d’euros d’indemnités à être versées aux grandes entreprises par les contribuables européens, pour une législation dans l’intérêt publique » a expliqué Pia Eberhardt, du Corporate Europe Observatory.

Les négociations de lAECG entre l’UE et le Canada ont été lancées lors d’un sommet bilatéral en mai 2009. Plusieurs des chapitres proposés dans l’accord vont contraindre l’espace politique de l’UE et de ses États membres, mettant des mesures efficaces et légitimes de protection de l’environnement en danger de litiges commerciaux ou d’investissements du Canada. Les négociateurs espèrent conclure l’accord avant l’été.

Le Corporate Europe Observatory, le Conseil des Canadienset le Transnational Institute exhortent l'UE, les États membres et le gouvernement canadiende ne pas inclureun système de règlement de litige entre les investisseurs et l’État dans l’AECG.

  • 1. La France, la Bulgarie et la région de Cantabrie dans le nord de l'Espagne ont déjà interdit la fracturation hydraulique au nom de préoccupations environnementales, tandis que la Roumanie, l'Irlande, la République tchèque, le Danemark et le Nord-Westphalie en Allemagne ont proclamé un moratoire. Tout comme dans les pays où un moratoire a été déclaré, les projets prévus aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en Suisse ont été suspendus jusqu’à ce que l’on procède à des évaluations sur les risques environnementaux. En Norvège et en Suède, la fracturation a été déclarée économiquement non viable. Des projets en Autriche et en Suède ont été annulés pour la même raison, sans mesures législatives.
  • 2. Il y a beaucoup de compagnies pétrolières et gazières, dont le siège ou des bureaux sont au Canada, qui ont déjà commencé à explorer les réserves de gaz de schiste en Europe, notamment en Pologne. Bien que beaucoup de ces entreprises ne soient pas strictement canadiennes, une filiale basée au Canada leur permettrait de contester les interdictions et régulations de la fracturation via l'AECG. Il est amplement prouvé que les entreprises vont changer leurs nationalités afin de bénéficier d'un tel traité.
Related issues: 
 
CETA is a sweeping trade deal restricting public policy options in areas as diverse as intellectual property rights, government procurement, food safety, financial regulation, the temporary movement of workers, domestic regulation and public services, to name just a few of the topics explored in this analysis.

A new report on the Comprehensive Economic Trade Agreement (CETA) reveals how the trade deal could make EU member states vulnerable to costly lawsuits from North American investors that threaten public interest.

A deregulation agenda is sweeping through the Commission & member states, particularly pushed by the UK.

The recent leak of many parts of TTIP, allowing us for the first time to read the negotiating position of the US, confirms our most serious concerns.

The European Food Safety Authority (EFSA) told CEO today, and publicly announced on their website, that they would disclose most of the raw data of studies on glyphosate used in the EU's toxicity assessment of glyphosate.
In an attempt to fix its public image, Dieselgate-shaken Volkswagen names former EU Climate Commissioner Connie Hedegaard as member of its new ‘Sustainability Council’. Although the role is unpaid, it is highly questionable whether Volkswagen is actually committed to making up for its previous foul play.
The Commission proposal for 'mandatory' transparency register is a disappointment. Its measures will do little to help journalists, civil society and citizens scrutinise the corporate lobbies trying to manipulate EU policies in their favour.
Corporate Europe Observatory is looking for an experienced, creative and dynamic outreach and mobilisation organiser to strengthen our visibility as well as public engagement with CEO's work in countries across Europe. The 13-month contract will run from 1 December 2016 to 31 December 2017.
 
 
 
 
 
-- placeholder --
 
 
 

The corporate lobby tour